Fil de navigation

«A propos de la résolution du Conseil de Sécurité de l'ONU renforçant les sanctions contre la République Populaire et Démocratique de Corée»

Comme on le sait, le Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) après de longues négociations, pendant lesquelles les Etats membres de l'ONU étaient soumis à la pression de la part des États-Unis, a adopté la résolution renforçant les sanctions contre la République Populaire et Démocratique de Corée, état souverain membre de l'ONU.

Nos organisations qualifient cette résolution comme un acte de l'attisement de la guerre, durant depuis 65 années, contre le peuple épris de liberté et pacifique de Corée, après qu’il se soit libéré du joug japonais et qu’il ait choisi indépendamment la voie du développement socialiste, guerre pouvant se transformer en conflit mondial avec usage de l'arme nucléaire.

Ayant commencé l'agression en 1950, ayant essuyé la défaite et étant obligé en 1953 de conclure un armistice, les États-Unis pas une minute n'ont arrêté les actions hostiles contre la RPDC , par des tentatives de remplacer son ordre politique et social, de détruire la possibilité de réunification pacifique de paix et indépendant de Corée, et par la violence de réunir la RPDC à la Corée du Sud avec son gouvernement proaméricain, de garder des bases militaires dans la péninsule Coréenne et de avancer faire leurs troupes munies de l'arme nucléaire directement vers les frontières terrestres de la Chine et la Russie.

Cette conduite des États-Unis fait partie de leur plan de conquête de l'hégémonie mondiale sans partage. Pour la réalisation de ce plan les États-Unis s’efforcent d’utiliser l'ONU, en transformant cette organisation internationale d’un moyen de maintien de la paix en instrument de leur l'expansion. Ainsi, les États-Unis ont obtenu le soutien de la part de beaucoup des états membres de l'ONU pour leur agression contre la République Populaire et Démocratiques de Corée en 1950- 1953 , et la participation d’une série d'autres États et même l'organisation d’un commandement des forces de l'ONU dans la péninsule Coréenne, qui n'est toujours pas dissous.

Sans abandonner ses plans agressifs en ce qui concerne la RDC, les États-Unis tentent de prendre une revanche à leur défaite militaire et d’obtenir les mêmes buts par des moyens de guerre de l’information et psychologique, des moyens politiques, économiques et diplomatiques, en maintenant simultanément aussi leur constante pression militaire. Dans ces buts les États-Unis mènent chaque année près des frontières de la RPDC des manoeuvres militaires de grande échelle conjointement avec l'armée fantoche sud-coréenne, mènent une campagne d'accusation fausse de violation des droits de l’homme et d’absence de démocratie en RPDC, par tous les moyens ils démonisent le leader respecté le peuple coréen, le leader du pays Kim Jong Un, sans cacher leurs plans pour son élimination physique, comme cela leur a réussi en ce qui concerne les leaders de la Yougoslavie Slobodan Milochevitch, de Mouammar Kaddafi de Libye et de Saddam Hussein de la République Irakienne.

Dans ces mêmes buts les États-Unis exigent de la RPDC la cessation de l'élaboration de l’arme nucléaire et de missiles, seul moyen de protéger le pays et son peuple de l'agression armée des États-Unis et de leurs satellites, ils soutiennent le gouvernement fantoche de la République de Corée et ses forces armées, en s’efforçant, comme partout, de faire la guerre par intermédiaire, ils maintiennent dans la péninsule Coréenne des troupes d'occupation et ils s’efforcent d’ étrangler par tous les moyens la RPDC économiquement pour l'affaiblir notablement et l’obliger à s’en remettre à la «bonté » de l’impérialisme américain.

La résolution du Conseil de Sécurité de l'ONU contribue à la réalisation de cette politique impérialiste, servant les intérêts du capital global, et hostile à la RPDC. La nouveauté dangereuse pour la paix de cette résolution consiste premièrement, dans une agression économique particulièrement cruelle obligeant la RPDC pour survivre à prendre des mesures assymétriques de caractère militaire, et deuxièmement, dans la participation des états voisins de la RPDC, comme la République populaire de Chine et la Fédération de Russie. C’est paradoxal, mais la Russie a soutenu les sanctions contre la RPDC, tout en étant elle-même soumise à des sanctions pratiquement de la part des mêmes forces agressives.

Si en 1950-1953 la République populaire de Chine et l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques ont accordé à la RPDC un soutien approfondi et ont contribué de manière significative à la victoire sur les États-Unis et leurs satellites, y compris sur les Forces armées de l'ONU, à présent ces puissances voisines, dans le fil de la politique impérialiste des États-Unis contrairement aux intérêts de leurs propres peuple, se sont joints aux sanctions, qui sont capables de provoquer une nouvelle guerre mondiale avec l cette fois usage de l'arme nucléaire. Le danger d'une telle guerre n’est pas du tout 'hypothétique. Ainsi, les États-Unis ont déclaré déjà que sont prêts à mener des attaques préventives selon les installations atomiques ou de missiles sur le territoire de la République Populaire et Démocratique de Corée.

Nous condamnons la résolution du Conseil de Sécurité de l'ONU et nous appelons :

- Les peuples du monde et les gouvernements responsables à demander catégoriquement la révision de cette résolution, ainsi qu’à convoquer une session extraordinaire de l'Assemblée Générale de l'ONU;

- Le gouvernement des États-Unis à arrêter les manoeuvres militaires ouvertement orientées vers une répétition d'attaque nucléaire contre la RPDC, à s'asseoir à la table des négociations avec le gouvernement de la République Démocratique Populaire de Corée à propos de la conclusion, enfin, d’un Traité de paix, à évacuer leurs troupes de la péninsule Coréenne;- Les gouvernements de Chine et la Russie à initier une séance du Conseil de Sécurité de l'ONU pour la révision de la résolution sur les sanctions;

- La direction de la République de Biélorussie à condamner la résolution du Conseil de Sécurité de l'ONU, soulever avec d'autres états pacifiques dans l'ONU les questions de l'interdiction des sanctions contre les états souverains et les peuples.

Aujourd'hui il n’est pas encore trop tard pour arrêter la guerre dans la péninsule Coréenne et sa transformation en conflit, capable d’anéantir l'humanité.

L.E.Chkolnikov, le Président de la société Biélorusse des amis du peuple coréen « Kim Il Sung et Kim Jong Il», secrétaire-coordinateur de l’organisation «Pour l'Union et le parti communiste de l'Union», premier secrétaire du Parti Communiste des Travailleurs de Biélorussie PCUS.