Fil de navigation

4.  Restauration du Capitalisme en Europe de l'EST    BOSNIE  le rôle caché des Etats-Unis et du Pentagone


   Haïti Progrès 22/28 Nov 1995


Les ORIGINES du démembrement de la Jougoslavie ( Sarah Founders)
    
Le 5 Novembre 199o, le congrès des Etats-Unis a voté la loi sur les opérations étrangères de 1991, N° 101-513. Cette loi était une condamnation à mort signée. Une clause en particulier était si meurtrière que même un rapport de la CIA exposé trois semaines après dans le New York Times du 27 novembre 1990, prédisait qu'elle menait à une guerre civile sanglante. Une section de la loi 101-513 a, brusquement et sans avertissement préalable, coupé toute l'aide, le commerce, les crédits et les prêts des Etats-Unis à la Yougoslavie dans un délai de six mois. Elle a également ordonné des élections séparées dans chacune des six républiques composant la Yougoslavie, exifeant que le département d'Etat approuve les procédures d'élections et les résultats avant que l'aide à chaque République puisse être reprise. Les législations exigeaient de plus que le personnel étanusien, dans toutes les institutions financières internationales telles que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, fasse respecter cette politique de suspension de tous les crédits et prêts.
 
    
 Il y avait une dernière clause. Seules les forces définies par le département d'Etat comme étant des"forces démocratiques" recevraient un financement. Ceci signifiait qu'il y aurait un afflux de fonds à de petits partis nationalistes de droite dans une région étranglée financièrement et soudainement jetée dans une crise par la suspension générale du financement. Comme prévu, l'impact a été dévastateur. Cette loi a jeté le gouvernement yougoslave dans une crise. Il était incapable de payer les énormes intérêts sur sa dette étrangère ou même de procéder à l'achat de matières premières pour l'industrie. Le crédit s'est effondré et les protestations ont surgi de toutes part. L'attention du monde était concentrée sur coalition internationale qu'avait réunie l'administration Bush pour détruire l'Irak, une guerre qui a changé la physionomie du Moyen-Orient au prix d'un demi million de vies irakiennes.  Avecl'effondement de l'Union Soviétique, le grand capital étanusien s'embarquait dans une marche agressive pour restaurer toute l'Europe. La Yougoslavie non alignée n'était pplus nécessaire comme Etat- tampon entre l'Otan et le Pacte de Varsovie. Une europe forte et unie n'était pas souhaitable. Pour les décideurs de Washington, c'était là les vestige de la guerre froide.


           Le contrôle des cordons de la bourse
 
Cette loi, la loi de 101-513, montre l'énorme pouvoir du gouvernement des Etats-unis. Cela faisait partie d'une législation annuelle définissant en détail les politiques à suivre dans chaque région du globe. La loi sur les opérations étrangères définit le contrôle des compagnies étasuniennes à travers les financements importants aux institutions internationales telles que la Banque inter-américaine de développement, le fonds de développement asiatique, le Fonds de développement africain et à travers l'aide directe à des pays. La loi sur les allocations étrangères de 1990 prescrivait également diverses formes d'étranglement économique pour plusieurs autres pays jugés ennemis, y compris l'Angola, le Cambodge, Cuba, l'Irak, la Syrie, la Corée du Nord et le Vietnam.. En revanche, les pays qui, en 1990, se précipitaient vers l'économie capitaliste de marché, tels que la Pologne, devaient recevoir un financement spécial.
      
                    L'intervention Européenne
 
En février 1991, le Conseil de l'Europe suivit la mesure prise par les Etats-Unis avec ses propres demandes politiques et une intervention économique explicite dans les affaires internes de la Fédération yougoslave. Ses demandes étaient similaires: la Yougosl&vie devait organiser des élections multipartites,sans quoi elle ferait face à un blocus économique. Les organisations fascistes qui avaient été maintenues en exil aux Etats-Unis, au Canada, en Allemagne et en Autriche, réapparurent tout à coup et commencèrent par recevoir une aide clandestine. Maintenant elles devenaient le principal canal pour des fonds et des armes.

En février 1991, le Conseil de l'Europe suivit la mesure prise par les Etats-Unis avec ses propres demandes politiques et une intervention économique explicite dans les affaires internes de la Fédération yougoslave. Ses demandes étaient similaires: la Yougosl&vie devait organiser des élections multipartites,sans quoi elle ferait face à un blocus économique. Les organisations fascistes qui avaient été maintenues en exil aux Etats-Unis, au Canada, en Allemagne et en Autriche, réapparurent tout à coup et commencèrent par recevoir une aide clandestine. Maintenant elles devenaient le principal canal pour des fonds et des armes.

           En  mars 1991, les fascistes croates lancèrent des attaques et des manifestattions appelant au renversement de la Fédération socialiste et à l'expulsion de tous les Serbes de Croatie.


           En mai 1991,date-limite de six mois imposée par la loi 101-513 sur les opérations financières des Etats-Unis, les séparatistes croates organisèrent des manifestations violentes et assiégèrent la base militaire à Gospic. Sous attaque, le gouvernement fédéral yougoslave ordonna à l'armée d'intervenir. La guerre civile avait commencé. La Slovénie et la Croatie déclarèrent leurindépendance le 25 Juin 1991.


           En Croatie, le parti de droite, les Oustachis- est arrivé au pouvoir en utilisant des symboles et des slogans fascistes datant de l'occupation nazie. Son programme garantissait un retour aux relations capitalistes de propriété et refusait la nationalité, l'emploi, la retraite, les passeports et la propriété terrienne à toutes les autres nationalités, tout en visant particulièrement la grande minorité serbe. Etant la nationalité la plus importante qui s'opposait au démembrement de la Fédération yougoslave,n les Serbes sont devenus la cible et le prétexte à l'intervention occidentale. L'histoire a été renversée tête en bas avec les médias avec les médias qui présentaient les Serbes comme des fascistes. En Slovénie et en Croatie, les partis de droite ont remporté les élections. Néanmoins,  en Serbie et au MOnténégro, l'opinion des masses étaient fortement en faveur de la Fédération et également contre toute poursuite de la privatisation ou toute autre méthode capitaliste.


           La tactique consistant à viser les Serbes à travers les résolutions de l'ONU, en imposant des sanctions brutales et en gêlant tout crédit et commerce, sert également de menace à peine voilée contre la Russie. Le démembrement de l'Union Soviétique a été encouragé par les mêmes forces qui ont encouragé celui de la Yougoslavie.  L'Allemagne réunifiée a agressivement pris position dans la région pour consolider ses positions.Elle a été la premuière à accorder ouvertement une reconnaissance diplomatique aux républiques. La position du département d'Etat nord-américain, après la sécession de la Croattie et la Slovanie, a été un soutien officiel à la continuité de la Fédération. Mais c'est une attitude hypocrite puisqu'elle est directement contraire aux demandes et au processus mis en mouvement par la loi sur les opérations étrangères des Etats-Unis votées en 1990 avant que ne commence la guerre civile yougoslave.