Fil de navigation

Victoire et défaite du premier État socialiste Marx et Vandervelde, à propos de la Commune de Paris Frans De Maegd* Victoire et défaite du premier État socialiste Marx et Vandervelde, à propos de la Commune de Paris Frans De Maegd* A Paris, sur la butte Montmartre, se trouve le Sacré-cœur, une église blanche en forme de pain de sucre. Peu de visiteurs savent qu'il s'agit d'un "monument national d'utilité publique", érigé après l'écrasement de la Commune de Paris. Du 18 mars au 28 mai 1871, la classe ouvrière de Paris avait mené la première révolution socialiste et créé le premier État socialiste. Le Sacré-cœur a été construit à l'endroit précis où la révolution avait débuté. Il devait symboliser la victoire sur "la barbarie et la tyrannie athées" et exprimer l'espoir qu'une telle catastrophe ne trouble plus jamais l'ordre bourgeois. Ce monument réactionnaire et anticommuniste ne fut achevé qu'en 1919. Au même moment, en Union soviétique, les vainqueurs de la révolution d'octobre 1917, érigeaient leur fier État socialiste - sur les ruines de la Commune, comme le disait Lénine. 

La social-démocratie internationale s'est rangée avec conviction derrière les campagnes de haine de la bourgeoisie contre l'Etat soviétique. La scission totale entre le socialisme révolutionnaire et le socialiste réformiste était accomplie. Mais cette scission était déjà apparue beaucoup plus tôt. On s'en rend compte clairement quand on voit le regard que portent Marx et Vandervelde sur la Commune.