Fil de navigation

Le mouvement ouvrier peut-il progresser s'il néglige la théorie?

Même aujourd'hui nous rencontrons des ouvriers pratiques qui considèrent les questions théoriques comme un à-coté intéressant sans doute, mais dénué de véritable importance: parfois allant plus loin encore, ils dédaignent la théorie comme une perte de temps.

Il n'est certainement pas impossible que quelqu'un partageant ces vues prenne ce petit livre et en feuillette négligemment les premières pages. s'il en est ainsi,il sera obligé de noter que des questions hautement"théoriques" sont traitées ici, et voulant le dissuader de le refermer avec impatience, nous devrons essayer d'abord une sorte de justification de notre propos. Pour tout dire, il nous faudra répondre aux questions de cet homme"pratique": " A quoi sert la théorie?" et "En quoi celle-ci peut--elle aider un travailleur pratique à mener à bien son travail?"

La meilleure réponse sera de suivre notre ami"l'ouvrier pratique" dans sa vie quotidienne. Quelque soit son champ d'activité, il découvrira bientôt, qu'à chaque tournant il se heurte à la théorie tans méprisée. Il se trouvera soumis à la question:" Que faire maintenant?" Et la réponse contient toujours cette autre question:"Quel but essayez-vous d'atteindre?" Afin de justifier l'action entreprise ( une grève par exemple), il est forcé de faire appel à des raisons générales( dans ce cas:le but général envisagé et l'expérience générale de la tactique de la grève). Mais de tels faits généraux sont liés précisément à ce que nous appelons: la théorie et si de plus ils présentent la caractéristique d'avoir été vérifié par l'expérience, nous les appelons théorie scientifique.

La théorie qui est à la base de toute activité socialiste consciente est le Socialisme scientifique ( Marxisme) Celui-ci comprend avant tout la stratégie et les tactiques de la lutte des classes dans le sens étroit. ( Les tactiques de la grève mentionnées plus haut sont un détail). Il requiert également une connaissance des racines économiques (tant) qu'historiques de division de classe de la société capitaliste et de ces lois de développement du capitalisme qui furent mises à jour pour la première fois par Marx dans son grand ouvrageLe Capital

La Conception prolétarienne du monde

Ce que nous recherchons, c'est une vue d'ensemble du monde qui aura ses racines dans les faits scientifiques, et pas seulement dans ce qu'on appelle les"sciences naturelles" ( physique, chimie, biologie etc.),mais également dans les sciences de la société et de la pensée humaines.

Sans une telle vue d'ensemble, le Socialisme Scientifique ne saurait être complet, et ne pourrait se tenir solidement sur ses propres jambes. L'élaboration d'une pareille"conception du monde" ou philosophie est d'importance primordiale, parce que le Socialisme Scientifique ne jouit pas dans la société ( bourgeoise) actuelle d'une approbation universelle.  Bien au contraire, ses thèses essentielles sont en conflit avec les concepts généraux quoi dominent la société bourgeoise.

La Conception bourgeoise du monde est conservatrice en premier lieu, et pour cette raison hostile à l'étude scientifique de la société humaine avec toutes ses conséquences  révolutionnaires. En second lieu, elle est communément religieuse au point de vue formel, tout au moins-regardant l'ordre existant comme ayant reçu en quelque sorte la sanction divine. Même là où elle n'est pas ouvertement religieuse, elle en garde les traits.

Extrait  du livre Oeuvres Complètes de Jacques Roumain  édition UNESCO  58  pages 669-670