Fil de navigation

EDUCATION :   Gen anpil jenn entèlektyèl ki pa konnen ekzistans tèks sa. Nou kwè ke li enpotan pou nou ka fè yon kout je sou li. Ak sa, nou ka konprann ki wol legliz jwe nan mete baboukèt nan sèvo nou.

 
                                                    LES BASES THEORIQUES DU COMMUNISME

Le Parti Communisme unit étroitement dans son action la théorie et la pratique. Il met à la base de tout son travail d’organisation et de direction de la lutte des masses populaires la théorie marxiste-léniniste. Il en  est ainsi parce que sans cette union entre la théorie et la pratique du Parti et la théorie marxiste-léniniste, le Parti Communiste ne saurait accomplir ses tâches avec succès «Sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire» «Lénine». C’est ce que montre toute l’histoire du mouvement ouvrier durant le XXè siècle, et particulièrement, l’histoire du Parti communiste   -bolchevik de l’U.R.S.S. <Ce qui fait la force de la théorie  marxiste - léniniste , c’est qu’elle permet au Parti de s’orienter dans une situation donnée ; de comprendre la liaison interne des événements au milieu desquels ils se trouve , de prévoir la marche des événements et de discerner non seulement de quelle façon et dans quelle direction les événements évoluent aujourd’hui, mais aussi comment et de quel côté ils doivent évoluer demain.

REFORMONS NOTRE ETUDE*

 (Mai 1941)
J’estime qu’il convient de réformer dans tout le Parti notre mé­thode et notre système d’étude. Et cela pour les raisons que je vais exposer. Les vingt années d’existence du Parti communiste chinois ont été vingt années d’union toujours plus étroite de la vérité universelle du marxisme-léninisme avec la pratique concrète de la révolution chinoise. Il nous suffit de nous rappeler combien superficielle, combien pauvre était notre connaissance du marxisme-léninisme et de la révolution chinoise dans les années où notre Parti était encore dans l’enfance pour voir combien elle est plus profonde et plus riche aujourd’hui. Au cours des cent dernières années, la nation chinoise était plongée dans de profonds malheurs; ses meilleurs fils et filles, en quête d’une vérité qui pût sauver le pays et le peuple, ont lutté et donné leur vie, comblant tour à tour les vides laissés par ceux qui tombaient: épopée digne de recevoir le tribut de nos chants et de nos larmes. Ce n’est toutefois qu’après la Première guerre mondiale et la Révolution d’Octobre en Russie que nous avons découvert le marxisme-léninisme, cette vérité suprême, et reconnue en lui la meilleure arme pour libérer notre peuple;
 

 
           
   L' ARMEE "  CACHEE  "  DU COSTA RICA
 
               Des panoramas de montagneux à vous couper le souffle, un climat idyllique, des forêts tropicales immaculées, des plages dorées s'étirant le long des deux côtes, une faune riche et une flore exubérante, le Costa Rica a tout cela et autre chose. Mais ce qui rend les Costaricains encore plus fiers, c'est de pouvoir rappler à l'envi au monde entier que leur petite nation d'Amériaque centrale n'a pas eu d'armée depuis l'abolition de celle-ci en 1948. Voyons voir.
                Un document obtenu grâce au Freedom of Information Act( loi de la liberté d'accès à l'information) fait état d' une liste de près de deux milles cinq cents soldats et officiers costaricains qui ont reçu un entraînement à la SOA depuis 1949. Parmi les cours suivis on trouve : le renseignement
militaire( la deuxième spécialité la plus populaire après la police militaire et l'infanterie),la guerre psychologique, les techniques de commando et de franc-tireur, de troupes aéroportées, logistique et ouvrages militaires, opération en jungle, mortiers, "guerre irrégulière", contre-insurrection, "guerre nucléaire et pédagogie militaire" communication radio et entretien, " tactiques spéciales", déminage, armements de base et de soins médicaux pour les traumatismes de combat.
Le Costa Rica a aussi fourni des instructeurs à la SOA, tout récemment le lieutenant Wilbert Mora et les capitaines Juan Calvo, Jorge Alfaro Nunez, Luis C. Calvo et Carlos Alberto Castro. Les deux derniers ont terminé un séjour de deux ans en janvier. Le lieutenant-colonel Walter F. Novaro Romero( SOA 1989, spéc. guerre psychologique),un Costaricain est le sous-Commandant de la base de la SOA.
La réputation du Costa Rica en tant que havre d'écologie et comme destination touristique idéale a servi à masquer un palmarès de droits humains pour le moins douteux. Pas plus qu'en 1993, le commando Cobra, un mystérieux groupe para-militaire, maintenait en activité l'acheminement de la drogue et terrorisait les indigènes vibant dans les jungles de Talamanca. Les Indiens du Costa Rica sont en voie d'extinction.
" La SOA fa   it sérieusement obstacle à l'établissment et au renforcement de la démocratie en Amérique latine" accuse le père
Roy Bourgeois, un prêtre Maryknoll qui a passé deux années en prison pour son action à la tête des protestations contre l'Ecole. Bourgeois, qui a dirigé le SOA Watch, une organisation de base enregistrant des informations sur cette école, indique que la "SOA ne sélectionne pas les militaires qui y sont en voyés. Des auteurs connus de graves crimes de guerre y font le va et vient à loisir" .Financée par l'argent des contribuables aux Etats-Unis, explique le réligieux," la SOA vole l'argent aux pauvres. Ses étudiants retournent dans leur pays pour enrichir les riches et maintenir les démunis à leur place"
                               Traduit par Guy Roumer
Haïti Progrès Vol 13  N° 33 \8 au 14 Novembre 1995