Fil de navigation

Information

Marx et le Che, patrimoines de l’humanité

L’Unesco a officiellement inscrit des œuvres de Karl Marx et de Che Guevara sur la liste du patrimoine de l’humanité. Il s’agit plus précisément du Manifeste du Parti communiste ainsi que le premier livre du Capital, de Karl Marx, et d’un total de 1007 documents concernant Ernesto Guevara, dont 431 manuscrits. 
    Voilà une belle et légitime consécration pour deux acteurs majeurs de l’histoire du communisme. D’une part, l’auteur qui a le mieux su analyser le capitalisme et tracer la voie pour en finir avec ce système est ainsi reconnu à sa juste valeur, en tant que personnage dont l’œuvre permet aux peuples de s’émanciper. D’autre part,
on reconnaît l’importance d’un homme qui a mis en application la pensée du premier et a dédié sa vie à la révolution. 
    Cette nouvelle ne doit cependant pas réjouir les grands de ce monde, pour qui Marx et le Che sont les incarnations du plus grand des dangers : celui de voir les peuples se soulever et se libérer des chaînes du capital. Puisse ce patrimoine continuer à inspirer les travailleurs du monde

Depi 2004, lè enperialis yo ( Franse, Ameriken ak Kanadyen )sou  levit loni anvahi Ayiti, Lig Ayisyen Anti Enperyalis te soti yon not kote li te mande MINISTA pou fout kol deyo nan peyi a.

Ti Klè Miranda   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Sit sa se http://www.ligue-haiti.org 

 

VERSION FRANCAISE
Cette pétition est l’expression d’idées formulées au cours d'une émission ligne ouverte de radio dominicale, Radio Optimum, diffusée à New York, NY. Un grand nombre d’auditeurs ont manifesté leur opposition à la présence de la MINUSTAH en Haiti et réclamé une fin accélérée de l'occupation d'Haïti par les forces onusiennes. Ainsi, la direction de Radio Optimum a tenu ses promesses et coordonné les activités de préparation et de vulgarisation de ce document réclamant le retrait accéléré de la mission onusienne en Haïti. Ce document sera signé par les patriotes Haïtiens de l’intérieur comme de l’extérieur.

PÉTITION
MINUSTAH RENTREZ CHEZ VOUS
La présence de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d'Haïti (MINUSTAH) est une violation inacceptable de la souveraineté nationale telle que définie dans la Constitution Haïtienne de 1987. Elle constitue également une violation flagrante des valeurs et principes mêmes de l'Organisation des Nations Unies. Parmi ceux-ci figurent le droit inaliénable des peuples à l'autodétermination, à l'autonomie dans la gestion des affaires nationales, et à la poursuite des intérêts nationaux sur l’échiquier mondial. De plus, cette mission est inefficace et contre-productive eu égard aux objectifs qu'elle s'était-elle même donnés. Enfin, elle inflige une blessure profonde et douloureuse à notre fierté nationale. Par conséquent, la MINUSTAH doit partir!

(En fait:)
Considérant que la mission prétendait garantir l’application de la loi et le respect des droits de l'homme, les membres des forces de l'ONU plutôt harcèlent la jeunesse haïtienne en l’incitant à la prostitution, au viol, et à la sodomie.

Considérant que la mission se disait vouloir améliorer la sécurité des citoyens haïtiens, et que nous assistons plutôt à de nouvelles vagues d'enlèvements et d'insécurité à chaque fois que le contrat de la MINUSTAH est sur le point d'expirer.

Considérant que la mission était supposée renforcer la capacité de notre pays à organiser des élections démocratiques, régulières, et crédibles, les internationaux plutôt se substituent à la volonté du peuple haïtien et agissent pour simplement imposer leurs choix de Présidents de la République, de sénateurs et de représentants du peuple au mépris de nos lois électorales.

Considérant que la mission devait promouvoir la bonne gouvernance, cette force au contraire agit pour protéger les gouvernements qu’elle choisit, dans la non-exécution de leurs tâches constitutionnelles en leur garantissant l’impunité.

Considérant que la mission se proposait de nous aider à protéger les vies, et qu’elle elle a plutôt causé la mort de plus de 7500 personnes à travers l'introduction et la dissémination de la maladie du choléra. De plus, des statistiques récentes publiées par l'Organisation "Partners in Health" indiquent qu'à ce jour, 600 885 personnes sont tombées malades du choléra tandis que 76 981 nouveaux cas ont été diagnostiqués en 2012.

Les données citées plus haut représentent un bilan désastreux pour les milliards de dollars dépensés voire gaspillés par la MINUSTAH. En vérité, il appartient aux Haïtiens de résoudre les problèmes d'Haïti par des moyens pacifiques à travers un dialogue actif et efficace. À cette fin, nous encourageons par la présente, le gouvernement d'Haïti et toutes les forces politiques de notre nation à rejeter la violence comme instrument politique et à parvenir à signer un pacte de gouvernabilité, d'ici la fin du mois de mai 2014.

Petition:

WE, THE UNDERSIGNED PEOPLE OF HAITI, HEREBY DEMAND AN UNCONDITIONAL AND ACCELERATED WITHDRAWAL OF ALL OCCUPYING U.N. MILITARY FORCES FROM THE SOVEREIGNED TERRITORY OF HAITI EFFECTIVE MAY 28, 2014.

VERSION FRANCAISE
En foi de quoi, NOUS, LE PEUPLE HAITIEN, PAR LES SIGNATURES QUI SUIVENT, RECLAMONS LE RETRAIT INCONDITIONNEL ET ACCELERE DE TOUTES LES FORCES MILITAIRES ET CIVILES D’OCCUPATION DE L’ONU DU TERRITOIRE SOUVERAIN D’HAITI, A CULMINER AU 28 MAI 2014.
The MINUSTAH GO HOME petition to The Security Council of the United Nations was written by Theodore Fayette and is in the category International Affairs at GoPetition. Contact author here. Petition tags: haiti, minusah, united nations, occupation, radiooptimum
Bahar Kimyongür ne sera pas de retour à Bruxelles avant samedi.
Mercredi matin, il avait comparu devant l’Audience nationale, un haut tribunal madrilène réservé pour les cas d’importance nationale ou internationale (tels les délits de terrorisme).
Cette première audience devant L'Audiencia  Nacional devait permettre de préciser les conditions dans lesquelles B. Kimyongür (sous le coup d’un mandat d’arrêt lancé par la Turquie le 28 mai dernier) allait être obligé d’attendre les suites données à la demande d’extradition formulée par Ankara.
Dès le début de l’audience, l’avocat de Bahar (Gonzalo Boye) a donc expressément demandé la libération sous caution de son client, une demande acceptée par le juge. Contre une caution de 10.000 euros, B. Kimyongür est autorisé à rejoindre la Belgique. Dans quel délai ? Aussitôt la somme réunie par la famille et versée sur un compte bloqué. Ce qui a eu lieu ce jeudi matin. Mais avant de rentrer au pays, Bahar restera encore à Madrid le temps d’une entrevue avec son avocat madrilène.
 
Bahar rendu à la liberté... Une liberté provisoire puisque, de retour à Bruxelles, il devra y attendre un éventuel procès devant la justice espagnole : celle-ci a 45 jours pour arrêter sa décision : un «non-lieu» ou un procès…
Nous devrons donc rester sur le qui-vive.
POURQUOI ? Nous savons tous pourquoi les faits se sont ainsi déroulés.  Nous le savons pertinemment.
Bahar a été, une nouvelle fois, jeté en prison…
Pour un crime ? Bahar n’a commis aucun crime. Pour un délit ? Bahar n’a commis aucun délit. Pour une infraction pénale ? Bahar n’a commis aucune infraction.
Sauf à considérer la vérité comme une infraction. Sauf à considérer que prononcer une vérité trop «vraie» est un délit. Sauf à considérer qu’énoncer une vérité dans sa radicalité est un crime.
C’est ce que considèrent, sans nul doute, les autorités d’Ankara.
Parce que Bahar n’a jamais cessé de dénoncer les conditions de détention effroyables dans les prisons turques, Kimyongür doit être –pour Ankara– définitivement bâillonné.
Parce que Bahar n’a jamais cessé de dénoncer les hauts responsables de l’armée et le régime de terreur qu’ils avaient imposé par le sang dès les années 80, Kimyongür doit –pour Ankara– être définitivement bâillonné.
Parce que Bahar n’a jamais cessé de dénoncer l’impunité dont les généraux turcs ont toujours bénéficié malgré leurs crimes de masse, Kimyongür doit –pour Ankara– être définitivement bâillonné.
Parce que Bahar n’a jamais cessé de dénoncer les protections entourant les groupes d’extrême droite responsables du massacre, sur la Place Taksim, de 36 militants de gauche le 1er mai 1977, Kimyongür doit –pour Ankara– être définitivement bâillonné.
Parce que Bahar n’a jamais cessé de dénoncer les assassinats de syndicalistes soucieux de défendre le peuple ouvrier, Kimyongür doit –pour Ankara– être définitivement bâillonné.
Parce que Bahar n’a jamais cessé de dénoncer les atteintes au droit de la presse et l’incarcération de centaines de journalistes décidément trop honnêtes, Kimyongür doit –pour Ankara– être définitivement bâillonné.
Parce que Bahar n’a jamais cessé de dénoncer l’intrication de la maffia et des plus hauts organes d’Etat,  Kimyongür doit –pour Ankara– être définitivement bâillonné.
Parce que Bahar n’a jamais cessé de dénoncer les opérations-commando dévolues à des nervis fascistes en vue d’exécuter extraterritorialement des militants révolutionnaires exilés à l’étranger,  Kimyongür doit –pour Ankara– être définitivement bâillonné.
Parce que Bahar n’a jamais cessé de dénoncer la sale guerre menée contre le peuple  kurde, Kimyongür doit –pour Ankara– être définitivement bâillonné.
Parce que Bahar n’a jamais cessé de dénoncer la collusion entre les gouvernements turcs et les Etats-Unis, leur collaboration parfaite dans les nouvelles croisades impérialistes, Kimyongür doit –pour Ankara– être définitivement bâillonné.
Sans parler du courage dont Bahar aura fait preuve quand –à contre-courant des grands médias–, il persévérait à éclairer l’opinion progressiste sur la réalité du conflit en Syrie, un conflit largement instrumentalisé par le gouvernement Erdogan lequel apporte un appui politique, logistique et militaire aux forces combattantes islamistes les plus hystériques.
 
Chers amis,
Nous savons tous pourquoi les choses se sont ainsi passées.
Et pourquoi, dès demain et les jours d’après, nous allons continuer à nous mobiliser pour Bahar.
En nous battant pour sa liberté à lui, nous nous battons (en fait) pour nos libertés à tous.
 
Jean FLINKER
membre du Comité
pour la Liberté d’Expression et d’Association
 
 
Pour les frais d’avocats, et les futurs déplacements en Espagne…
le CLEA a un numéro de compte, où l’on peut faire preuve de solidarité financière
BE47 3630 0542 6380
avec, comme message, «Solidarité Bahar !»
 
 
 
Malgré une interdiction de manifester (édictée quelques heures auparavant), plusieurs dizaines de sympathisants ont quand même tenu à se retrouver mercredi à 16 heures 30  devant le Ministère des Affaires étrangères…