Fil de navigation

L'immense majorité des Haïtiens, sinon tous viennent de célébrer le bicentenaire de la proclamation de l'Indépendance d'Haïti. Nous disons et répétons Indépendance parce que l'ingérence grossière et le maintien arrogant des troupes  américaines, françaises et canadiennes dans notre patrie qui parviendra à banaliser la portée historique et universelle de nos ancêtres révolutionnaires sortis tout droit d'une société esclavagiste, l'une des plus cruelles du Nouveau Monde. Parallèlement à la célébration du bicentenaire, il existe un autre anniversaire  qui ne doit pas passer inaperçu et que nous nous en voudrions de garder sous silence.

Jacques Roumain (1907-1944) est incontestablement  l’initiateur, le fondateur du mouvement ouvrier et communiste haïtien. Ayant appartenu à la «Génération de la Gifle», à celle qui subit douloureusement les humiliations infligées au peuple haïtien à cette époque par les occupants américains, cet homme, en dépit des obstacles dus à son origine de classe et du niveau d’évolution politique générale chez nous en ce temps là, fut parmi les rares à posséder l’intelligence historique de la situation haïtienne. A savoir que les masses travailleuses des villes et des campagnes sont les artisans incontournables de notre libération nationale et sociale et que la nécessité d’un Parti révolutionnaire prolétarien s’impose inexorablement pour remporter la victoire sur nos ennemis de classe intérieure et extérieure.