Fil de navigation

                                                               Confédération Générale des Travailleurs de Côte d’Ivoire

                                                  RECEPISSE DE DEPOT N°139/DAA/DAJRI/2018 PORTANT

                                                        RENOUVELLEMENT DU BUREAU DE LA CGT-CI

         Siège social : Adjamé 220 Logements, Bloc Manivelle, Bât. L, Esc. F, Porte 281

Mobile : (225) Secrétariat Général Confédéral : 40196345-58947640 /  Permanence : 07040100-03041396 - Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

                                                                     

LA CGT-CI EXIGE LA LIBERATION DES MILITANTS DUSYNAMICI INJUSTEMENT INCARCERES A LA GENDARMERIE DE OURAGAHIO

 

Pour ne pas respecter ses engagements pris lors du séminaire qu’il a organisé les 17 et 18 octobre 2017 à Abidjan, M. Sidiki DIAKITE,  ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a décidé de casser purement et simplement la lutte des vaillants et intrépides militants du SYNAMICI. Ainsi, par TO N°542 du 11 décembre 2018, son directeur de cabinet chargé de l’administration du territoire, M. HOUNDJE Luc, ordonne aux préfets et sous-préfets de « prendre toutes dispositions en vue de mettre fin ………. au droit de grève ».

La CGT-CI voudrait indiquer que c’est la politique du double langage et de fuite en avant du ministre de l’intérieur et de la sécurité qui est responsable de la situation de blocage qui prévaut dans ce ministère depuis 2017. En effet le Ministre refuse de respecter ses engagements qui sont entre autres :

1.     La signature du Décret portant octroi d’indemnités d’astreinte à tous les Fonctionnaires et Agents du Ministère de l’Intérieure et de la Sécurité avec les montants adoptés lors dudit séminaire ;

2.     La signature du Décret portant tarification des actes administratifs par l’institution de primes  à tous les Fonctionnaires et Agents du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité ;

3.     La signature du Décret portant création de la Police Préfectorale ;

4.     Un statut garantissant l’emploi des Gens de Maison.

 

Face à cette situation, la Confédération Générale des Travailleurs de Côte d’Ivoire (CGT-CI) :

I – ASSURE son soutien ferme et résolu  aux Fonctionnaires et Agents du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité en lutte depuis deux ans pour l’amélioration de leurs tristes conditions de vie et de travail ;

II – CONDAMNE avec vigueur les autorités gouvernementales et singulièrement celles du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité pour les graves atteintes aux libertés fondamentales (liberté d’opinion, libre exercice du droit syndical et du droit de grève), ainsi que leur propension à recourir systématiquement aux méthodes expéditives dignes d’un autre âge, tels les arrestations, les emprisonnements, les suspensions ou amputations de salaires etc. pour fait de grève, dans le but de briser l’élan de la lutte des travailleurs ;

III- EXIGE des autorités gouvernementales, la libération immédiate et sans condition des trois (3) militants grévistes du SYNAMICI, à savoir les Agents de préfecture et sous-préfecture AKA Steven, KOUADIO N’Goran Raymond et NONAHIN Fortuné injustement incarcérés à la Brigade de Gendarmerie de Ouragahio ;

La CGT-CI rappelle aux Fonctionnaires et Agents du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité que seules leur unité, leur vigilance et leur persévérance dans la lutte, obligeront le gouvernement à donner satisfaction à leurs légitimes revendications, en particulier à respecter les promesses faites par le ministre de l’intérieur et de la sécurité.

                                                                      Fait à Abidjan, le 13 décembre 2018

                                                                      Le Secrétaire Général Confédéral

 

                                                                      SIBAHI Kouadio

 

 

 

Communiqué du NPCH(ML)

Le camarade Gaston vient de tirer sa révérence. En 1998, un de nos camarades de passage au Bénin

avait rencontré ce grand syndicaliste. Un tribun, un homme d'une grande qualité, un Homme au franc parlé.

Lors de notre fête nationale, le 1er Janvier  nous allons demander à tous nos camarades amis et

ssympathisants d'observer une minute de silence au nom du camarade Gaston Azoua. Nous présentons

nos condoléances à La Confédération Syndicale des Travailleurs du Bénin (CSTB) et

à tous les progressistes Béninois

 

Camarades Koba Louis, Marie Claire Miranda

 

 

 

CONFEDERATION SYNDICALE DES TRAVAILLEURS DU BENIN (CSTB)

03 B.P. 932 Cotonou

Tél. : (00229) 67-08-61-14  (00229) 67-40-68-00  (00229) 64-58-00-86

              Email :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / SiteWeb : www.cstb.bj

    

                               COMMUNIQUE DE LA CSTB

 

La Confédération Syndicale des Travailleurs du Bénin (CSTB), a le vif regret d'annoncer aux Travailleurs et aux peuples du Bénin et du monde entier que le Camarade Gaston Kassogbé AZOUA, ancien Secrétaire Général Confédéral de la CSTB, un illustre chef de la lutte syndicale au Benin, a tiré sa révérence le vendredi 30 novembre 2018 au CNHU Hubert Koutoukou Maga de Cotonou dans sa 71 ème année, après une longue maladie.

La CSTB présente ses condoléances les plus attristées à la famille du camarade. Un cahier de condoléances est ouvert au domicile du défunt au quartier Agla à Cotonou et au siège de la CSTB à la Bourse du travail de Cotonou.

Le programme de déroulement des cérémonies d'hommages au défunt et d'inhumation vous sera communiqué ultérieurement.

 

NB: Nous reviendrons sur la vie militante du disparu dans un numéro spécial de la Voix des Travailleurs du Bénin(VTB).

 

Fait à Cotonou, le 1er décembre 2018

 

 

 

Le Secrétaire Général Confédéral

Nagnini KASSA MAMPO.-

Ce que la Révolution d'Octobre a apporté aux peuples de Russie et aux travailleurs du monde entier.

 

                 Avant la Révolution d'Octobre, l'humanité ne connaissait qu'une forme de dictature du prolétariat, la Commune de Paris. Elle avait vécu 72 jours à peine. Mais son expérience, ses succès et ses possibilités étaient devenus l'apanage des travailleurs du monde grâce au marxisme et à la diffusion de sa doctrine.

La Corée est une.le peuple coréen est un. Le Nord et le Sud sont une même famille. Les sentiments qui les unissent sont plus hauts que les montagnes, plus profonds que la mer.

Cette vérité est comme le soleil se levant toujours à l'est et ne saurait être modifiée par aucune force quelle qu'elle soit