Fil de navigation

Des élections sous occupation à Haïti auront lieu le 7 février. Elles ont déjà été ajournées à quatre reprises, dès l'instant de la première annonce en novembre, et la question de leur organisation demeure. Au vu de la chronique des ajournements répétitifs et du chaos qui prédomine, la situation apparaît comme un sac de nœuds. Selon la presse internationale, il est question de «bandes» qui kidnappent, tuent, détruisent et empêchent significativement les casques bleus de l'ONU-MINUSTAH (la force présumée de l'ordre)... Pourtant, comme d’habitude, sur le terrain, la réalité est très différente.