Fil de navigation

Prolétariser le Parti.

 

La classe ouvrière ne peut se libérer sans détruire toutes les formes d'exploitation et d'oppression. Et cela doit se traduire dans le travail du Parti. Le travail ouvrier/paysan doit être la colonne vertébrale de tout le travail politique.Les efforts doivent porter, avant tout, en direction de la classe ouvrière : construction d'organisations de masses à divers niveaux; formation politique des ouvriers/paysans qui revêt un caractère décisif, d'où l'importance des écoles; transformation du style de travail du.. La priorité ouvrière/paysan n'est pas un prétexte populiste, mais la conséquence de notre lutte pour une société sans classes.

 

 

 Lier la théorie et la pratique.

 

Le travail de construction du parti ne peut se faire en dehors de la lutte des classes. C'est par le travail d'organisation et la délimitation dans cette lutte des classes que se forgent les meilleurs dirigeants. Cela nécessite à la fois une pratique de classe et un Important travail d'étude pour guider cette pratique.Ce travail d'étude est nécessaire, en particulier, pour faire le bilan des expériences passées tant positives que négatives, pour apprécier le rapport des forces à chaque moment et dégager la meilleure tactique pour avancer vers nos objectifs stratégiques.

 

Si la politique est au poste de commande, seules l'étude et la théorie peuvent permettre de faire le lien avec la perspective communiste. La théorie guide la pratique, qui en retour l'enrichit. Il ne faudrait pas réduire pour autant le travail d’étude à la théorisation de la pratique immédiate. (…).

 

Faire vivre l'histoire.

 

Le parti que nous voulons construire, doit faire vivre l'histoire. Il représente la mémoire ouvrière/paysanne et communiste des expériences passées; des révoltes anti‑coloniales, anti‑capitalistes, anti­impérialistes ... Face aux tentatives de ré‑écrire l'histoire selon des critères bourgeois, face à l'absence de mémoire des jeunes ~générations, le parti a la responsabilité importante de transmettre cet héritage.

 

Faire vivre l'histoire, c'est aussi en tirer des leçons pour s'orienter dans le présent et construire le futur. Les positions que nous avançons aujourd'hui ne surgissent pas du néant. Elles sont le fruit du travail politique de nos prédécesseurs et du bilan de leurs difficultés. (…).

 

( Certains textes de VOIE Prolétariennes nous ont permis d'extraire ces lignes)